Comment aborder la question de la rémunération en entretien d’embauche ?

« Quelles seraient vos prétentions salariales pour ce poste ? ». Cette question, régulièrement posée par les recruteurs, est sûrement la plus redoutée par les candidats lors de leur entretien d’embauche. Généralement posée en dernier lieu, elle est précédée d’une interrogation sur votre rémunération actuelle. Entre la peur de paraître trop prétentieux et celle de se sous-évaluer, le candidat peut se retrouver dans une situation de gêne voire de mal-être.

Alors faut-il être franc avec le recruteur ? Quel montant annoncer et comment s’y prendre ? Abaka vous guide afin d’optimiser votre réussite lors de vos entretiens de recrutement. Voici nos conseils.

 

Renseignez-vous sur les fourchettes de rémunérations

Que ce soit par le biais d’annonces postées sur les différents jobboards ou de sites emplois sur internet (fiches métiers, articles…), vous devez vous informer sur le poste proposé car l’intitulé, le statut, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise sont des indicateurs potentiels de rétribution. En effet, le niveau de rémunération varie en fonction des postes proposés : le budget accordé pour le recrutement d’un directeur du marketing sera différent de celui d’un chef de produit. Le salaire peut également être indiqué sous forme de fourchette dans l’annonce directement.

Pour autant, l’APEC nous a démontré récemment que ces paramètres n’étaient pas forcément fiables : à travers son étude « Les salaires des cadres à l’embauche 2014 » elle affirme que 66 % des salaires à l’embauche se situent dans la fourchette définie en amont du recrutement, 22 % sont positionnés en dessous et 12 % au-dessus.

 

Parlez en « fourchette » de salaire

Préférez raisonner en fourchette plutôt que de définir votre salaire à l’euro près. Cette attitude présente plusieurs avantages : tout d’abord, vous donnerez l’impression d’être ouvert aux propositions faites par le recruteur, et de ce fait vous serez moins directif. Dans un second temps, cela vous permettra une marge de manœuvre : il vaut mieux accepter une proposition qui se situe dans la fourchette basse que vous avez indiquée plutôt que de revoir à la baisse ses prétentions. Enfin, n’oubliez pas que les montants de salaires sont souvent évoqués à l’année (on parle alors de kilos euros (K€). Ainsi, à titre d’exemple, un salarié touchant le SMIC (9,61 euros de l’heure) se verra rémunérer 17,5 K€ à l’année.

 

Les erreurs à éviter

Débuter l’entretien par la question du salaire :

L’entretien de recrutement est conduit dans le but de cerner les missions du poste proposé et de connaître les valeurs de l’entreprise dans laquelle vous postulez. Il est recommandé d’aborder la question de la rémunération à la fin de l’entretien. En général, c’est le recruteur qui entreprend ce sujet, question classique pour vérifier que le candidat correspond au profil établi. Cependant, si vous remarquez que le recruteur n’a toujours pas posé la question, osez l’aborder vous-même. Cela prouvera votre esprit d’initiative et votre capacité de prendre les choses en mains.

Mentir sur son salaire actuel :

C’est une erreur à ne pas commettre, surtout si le recruteur vous demande vos derniers bulletins de salaire afin de vérifier votre discours. Comment expliqueriez-vous cette soudaine augmentation ? Vous risquez alors de perdre votre crédibilité auprès du recruteur.

Trop négocier :

Vous pouvez tout à fait jouer le jeu de la négociation jusqu’à un certain point. N’oubliez pas que le recruteur a un budget à respecter et qu’il ne peut aller au-delà. La situation du marché de l’emploi ou du secteur dans lequel vous avez postulé est aussi à prendre en compte dans la négociation. Vos compétences peuvent également jouer en votre faveur : si vous détenez le « profil adéquat », le recruteur sera en mesure de négocier votre rémunération en votre sens. Mais attention à ne pas en faire trop, au risque de vous éliminer de sa short-list.

Ne rien dire ou donner un montant au hasard :

Lorsque l’on vous posera la question, ne restez pas silencieux car cela peut être perçu comme un défaut de confiance entre le recruteur et vous. Le recruteur se doit de garder la confidentialité de vos échanges sur ce sujet sauf dans le cas, bien sûr, où vous êtes amené à poursuivre le process recrutement et rencontrer l’entreprise. N’ayez donc aucune crainte de dévoiler votre rémunération actuelle.

Enfin, ne donnez pas une rémunération au hasard : vous risquerez de passer à côté de votre entretien en donnant une fourchette trop haute ou trop basse. Cela fait référence à notre premier paragraphe, à savoir se renseigner sur les grilles de salaires.

 

Vous détenez à présent les clés pour réussir et aborder la question du salaire lors de vos entretiens de recrutement. Gardez à l’esprit que l’entretien de recrutement est avant tout une prise de connaissance de l’environnement dans lequel vous avez postulé. Restez vous-même et vous réussirez.

Publié par Marian Rattoray

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr