Expliquer son licenciement à un recruteur : 3 erreurs à éviter

Expliquer son licenciement à un recruteur

Se dévaloriser face au recruteur

Ce n’est pas parce que vous avez été remercié par vos anciens employeurs que vous devez vous dévaloriser et dévaloriser les projets auxquels vous avez contribué dans cette entreprise. Abandonner vos ambitions et vos projets professionnels n’est pas non plus la solution qui vous permettra de vous relever de cette épreuve difficile.

Avant un entretien de recrutement, vous devez prendre du recul sur la situation et ne surtout pas arriver l’air démotivé par ce qui vous arrive. Tentez de prouver au recruteur que vous avez tiré profit (en bien) de cet évènement, et de vous défaire de ce sentiment de culpabilité ou de rébellion qui est en vous. Même si vous avez été licencié pour faute grave ou lourde, vous n’êtes pas pour autant un mauvais candidat ad vitam aeternam !

L’erreur est humaine, elle s’explique si elle s’analyse et si vous savez apprendre de l’échec !

Mentir sur les conditions de son départ

Même si cette option est attrayante, n’y pensez pas un seul instant (même si vous êtes un bon menteur !) car sachez que lorsque vous tentez de cacher la vérité, certains gestes vous trahissent : vous vous agitez, vous rougissez, vous évitez le regard de votre interlocuteur, vous passez une main dans vos cheveux… Sans pour autant vous en rendre compte ! Ces mimiques sont des éléments que le recruteur sait percevoir et interpréter.

Optez pour la franchise et la transparence sans pour autant entrer dans les détails. Votre séparation a toujours une explication objective : assumez !

Un autre élément pourrait vous dissuader de mentir aux recruteurs : la prise de référence. Pratiquée dans la plupart des cas, elle permet de conforter ou non les impressions sur un candidat en prenant contact avec quelques anciens employeurs. Il serait dommage que votre ancien manager dévoile une toute autre image de vous !

Enfin sachez qu’un candidat peu fiable dans ses propos aura beaucoup moins de chance d’être recontacté par la suite.

Critiquer son ancien employeur

Vous vous dites peut-être que blâmer votre ancien employeur auprès des recruteurs vous permettra de « vider votre sac » sans qu’il y ait de répercussions possibles. Détrompez-vous car au travers de vos propos, le recruteur verra en vous une personne malveillante en laquelle on ne peut pas avoir confiance. Or qu’est-ce que recherchent les entreprises qui recrutent aujourd’hui ? Un collaborateur de confiance, bienveillant et sur lequel elles peuvent s’appuyer. De plus, ce genre de comportement démontrera que vous n’avez toujours pas « tourné la page » de la séparation. De ce fait il sera difficile pour le recruteur de vous projeter dans un nouveau poste avec l’état d’esprit escompté.

Gardez donc pour vous les critiques envers votre ancienne société et soyez malin en prouvant au recruteur que cette étape de votre vie professionnelle vous a fait prendre conscience de certaines choses auxquelles vous tentez d’apporter une explication. L’essentiel est de démontrer que vous savez vous remettre en question et laisser de côté votre éventuelle rancœur.

 

En bref

Un recruteur (qu’il soit en cabinet ou en entreprise) aura toujours besoin d’être rassuré sur l’état d’esprit du candidat qu’il engage à ses côtés. Même si vous avez vécu des situations difficiles durant votre vie professionnelle et notamment une rupture difficile (choisie ou subie), prenez du recul et montrez que vous avez envie de rebondir. Souvenez-vous qu’être soi-même face à un recruteur sera toujours mieux perçu que certains artifices que vous tenterez de mettre en place et qui vous trahiront tôt ou tard.

Publié par Marian Rattoray

Laisser un commentaire

Retour au site abaka.fr